Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | Connexion

Bricolage, jardinage : il est plus économique de louer vos outils

Location entre particulier 18/05/2020

En plus de désencombrer votre logement, ces solutions de location permettent d’économiser de 55 à 335 euros par outil, par rapport à un bricoleur ayant investi dans une panoplie complète et la revendant après quatre ans. Comparez bien les annonces toutefois, car les tarifs peuvent varier du simple au double d’une plate-forme à l’autre. Cette offre vient en complément de celle de grandes enseignes de bricolage, qui, comme Leroy Merlin, se mettent elles aussi à pratiquer la location de matériel à la journée. Exemple de tarif dans le réseau de ce dernier : 14 euros pour un marteau perforateur.

Cette formule entre particuliers présente tout de même quelques inconvénients : elle se prête plus au gros équipement, relativement peu utilisé dans l’année, qu’à l’indispensable perceuse ou tondeuse. Mais pas sûr que les propriétaires de tels objets, souvent semi-professionnels (bétonnière, motoculteur, tire-fort de tractage à câble d’acier…), soient proches de chez vous. Or c’est au locataire d’aller chercher puis de rapporter le matériel loué. En cas de casse, par ailleurs, vous risquez soit de voir débité le dépôt de garantie laissé sur le site (en moyenne, 50% de la valeur à neuf de l’objet, chez Jelouetout, par exemple) soit, sur les plates-formes dont les prestations incluent une assurance, d’y perdre la franchise (10% de la valeur de l’objet endommagé chez Zilok, et 150 euros forfaitaires chez Placedelaloc).

N’achetez que si…

… vous louez vos propres outils. Notre motoculteur thermique, facturé 600 euros à l’achat, sera ainsi amorti en étant loué trois jours par an, 37 euros la journée. Le tout en tenant compte de la commission moyenne de 20% prélevée par les plates-formes.


… bricoler avec des outils lowcost ne vous dérange pas. A 12,90 euros le coupe-bordure neuf, 30 euros le marteau perforateur ou 31,90 euros la meuleuse, la durée de vie de ces outils ne sera pas exceptionnelle. Mais suffisante pour rendre la location moins intéressante, dès la deuxième ou troisième utilisation.

Source: capital.fr/votre-argent/

AlloVoisins s’arme dans la bataille des sites d’entraide entre voisins

Location entre particulier 16/02/2018

Location de poussette, dépannage informatique ou encore aide au déménagement moyennant finance

Les Français ont pris  le pli de l’économie collaborative , se réjouit AlloVoisins.

La plate-forme nantaise d’échanges d’objets et de services entre particuliers indique que tous ses voyants sont au vert, ce qui lui a permis de boucler une nouvelle levée de fonds auprès de ses investisseurs historiques, dont fait notamment partie le groupe M6 à travers sa filiale RTL. La start-up vient ainsi de lever trois millions d’euros. Les capitaux investis dans la société depuis sa création en 2013 atteignent désormais 8 millions d’euros.

Recrutements à venir

AlloVoisins enregistrait 1,6 million d’utilisateurs fin 2017, grâce au référencement sur Google, à des posts sponsorisés en ligne et au bouche-à-oreille, principalement. La start-up indique que plus de 100.000 demandes sont postées chaque mois sur sa plate-forme. « Nous avons trouvé notre modèle d’acquisition d’utilisateurs. Ces nouveaux fonds vont nous servir à accélérer », indique Edouard Dumortier, le fondateur de la plate-forme. Il espère recenser 3 millions d’inscrits d’ici à la fin 2018. La start-up, qui emploie une vingtaine de salariés, doit aussi recruter entre cinq et dix nouveaux collaborateurs, en développement informatique et marketing notamment, pour avoir encore davantage de force de frappe face aux plates-formes concurrentes que sont par exemple Stootie et Nextdoor .

Modèle « freemium »

Par ailleurs, AlloVoisins  commence tout juste à monétiser sa plate-forme , disponible à la fois sur le web et sur mobile. L’entreprise, qui prélève une commission de 15 % lorsque le paiement est réalisé en ligne, a adopté fin janvier un modèle « freemium » : des options payantes sont proposées aux membres les plus assidus, pour accroître leur visibilité sur la plate-forme, par exemple.

Edouard Dumortier fonde énormément d’espoirs dans l’économie collaborative : « Il y a un réel engouement et je pense qu’on n’a encore rien vu. On est face à une tendance de fond, avec des réflexes qui sont en train de se créer. »

Source ://business.lesechos.fr/entrepreneurs

  • Societal Angels récompense ceux qui vantent l'économie sociale et solidaire

    par sur 10/09/2020 - 0 Commentaires

    L’association “Societal Angels” va récompenser trois structures iséroises (entre 20.000 et 30.000 euros chacune) qui portent des projets “vertueux” dans les domaines de l’économie sociale et solidaire, de l’aide aux plus démunis et de l’insertion.  “Mille Pousses” et “cultivons nos toits” qui sont des projets de fermes ou d’agricultures urbaines et Episol, une épicerie solidaire. Patrick Mérigot, le […]